réactions diverses à Kidal après le départ de Barkhane

A Lire



Publié le :

La réorganisation militaire du dispositif français au Sahel doit être achevée d’ici la fin de l’année. À Kidal, fief des ex-rebelles indépendantistes de la CMA, le dernier convoi transportant l’essentiel des soldats de Barkhane qui étaient en poste dans la ville est parti cette semaine. Comment les habitants de Kidal perçoivent-ils ce départ ? RFI a posé la question à des habitants – uniquement des civils, mais de sensibilités différentes – qui s’expriment, par mesure de sécurité, de manière anonyme.

« Pour moi, c’est un non évènement », déclare cet habitant, qui a quand même pris des photos du convoi de Barkhane s’éloignant de la ville. « J’ai confiance dans la CMA et dans la Plateforme [groupes armés signataires de l’accord de paix de 2015, NDLR] pour assurer notre sécurité, ajoute-t-il, plus que dans les Casques bleus et dans l’armée malienne. Parce que ce sont des enfants de Kidal, on les connaît. » Une position partagée par beaucoup d’habitants, qui ne cachent pas leur ressentiment contre la présence française.

À lire aussi : Opération Barkhane: le défi des convois logistiques

« Ils nous laissent dans l’incertitude », déplore pourtant ce Kidalois, partagé entre son insatisfaction de l’opération française – « ils n’ont pas réussi à chasser les terroristes » – et sa crainte que leur départ n’empire les choses : « Les jihadistes vont mener plus d’attaques, prévoit-il à regret, et certains hommes qui n’osaient pas les rejoindre à cause de la présence de Barkhane n’hésiteront plus à grossir leurs rangs. » 

« C’est Barkhane qui les sécurisait ! »

Si certains Kidalois expriment leur défiance vis-à-vis des ex-rebelles de la CMA, la présence de l’armée malienne, le plus souvent cantonnée dans son camp, et des Casques bleus de la Minusma, qui disposent d’un mandat de maintien de la paix mais de lutte antiterroriste offensive, ne les rassurent pas davantage : « c’est Barkhane qui les sécurisait ! », s’exclame un habitant.

Au-delà du risque terroriste, certains expriment enfin leurs craintes de voir augmenter les trafics et la criminalité.

L’effectif total de Barkhane va passer de 5 000 à 2 500-3 000 hommes. L’objectif reste de combattre les groupes terroristes actifs dans la zone : le Jnim, lié à al-Qaïda au Maghreb islamique, et la branche sahélienne du groupe État islamique. Dans le nord du Mali, comme Kidal, d’autres bases seront transmises aux Forces maliennes et aux Casques bleus de la Minusma : Tombouctou et Tessalit.

À lire également : J-M. Tanguy: Au Sahel, «les mois à venir vont être très intenses pour la force Barkhane»



Source link

More articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernierr articles