le bilan s’élève à au moins 27 morts, quatre passeurs suspects arrêtés

A Lire



Au moins 27 migrants sont décédés mercredi dans le naufrage au large de Calais, sur les 34 qui étaient présents dans l’embarcation. Deux ont été secourus et un est encore porté disparu.

Quatre passeurs suspectés d’être « directement en lien » avec le naufrage ont été arrêtés, a affirmé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. « Je veux ici dire que les premiers responsables de cette ignoble situation sont les passeurs », a ajouté le ministre à Calais. Il a également appelé à une « réponse internationale coordonnée très dure » devant ce drame « qui nous touche tous ».

« Vers 14h00, un pêcheur a signalé la découverte d’une quinzaine de corps flottant au large de Calais. Un bâtiment de la Marine nationale a repêché plusieurs corps, dont cinq personnes décédées et cinq inconscientes, selon un bilan provisoire« , a indiqué le ministère de l’Intérieur en début de soirée.

Le parquet de Dunkerque a annoncé à l’AFP l’ouverture d’une enquête pour « aide à l’entrée au séjour irrégulier en bande organisée » et « homicide involontaire aggravé« . Le drame s’est déroulé sur un « long boat« , un bateau gonflable fragile, dont le fond souple a tendance a se replier quand il prend l’eau et est surchargé, a-t-on appris auprès des sauveteurs. L’utilisation de ces embarcations particulièrement dangereuses et de mauvaise qualité est de plus en plus fréquente depuis cet été.

Le naufrage le plus meurtrier sur la Manche

Ce drame, qualifié de « tragédie » par le Premier ministre français Jean Castex, est le plus meurtrier depuis l’envolée en 2018 des traversées migratoires de la Manche, face au verrouillage croissant du port de Calais et d’Eurotunnel emprunté jusque-là par les migrants tentant de rallier l’Angleterre.

« Mes pensées vont aux nombreux disparus et blessés, victimes de passeurs criminels qui exploitent leur détresse et leur misère« , a ajouté Jean Castex dans un message publié sur Twitter, en assurant suivre « la situation en temps réel« .

« Nous sommes tous émus par cette tragédie qui heurte chacun dans son intimité et dans ses valeurs », déclare également Emmanuel Macron, en exprimant sa « compassion » et le « soutien inconditionnel de la France » aux familles des victimes.


►►► Naufrage « tragique » de migrants à Calais : « La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière »


Il met en cause les « réseaux de passeurs qui, en exploitant la misère et la détresse, mettent en danger des vies humaines et finalement déciment des familles ».

Avant ce naufrage, le bilan des décès depuis le début de l’année s’élevait à trois morts et quatre disparus. En 2020, six personnes avaient trouvé la mort et trois autres avaient été portées disparues. Quatre décès avaient été recensés en 2019.

Réaction forte des deux côtés de la Manche

Le chef de l’État, Emmanuel Macron, a réclamé la tenue d’une réunion d’urgence des pays européens concernés par la crise
migratoire et appelé au « renforcement immédiat » de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex).

Le Premier ministre Jean Castex tiendra jeudi à 8H30 une réunion interministérielle sur ce dossier avec les ministres de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de la Justice, Éric Dupond-Moretti, des Armées, Florence Parly, de la Mer, Annick Girardin, des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et le secrétaire d’État à l’Europe, Clément Beaune, selon ses services.

A Londres, où il présidait dans la journée une réunion de crise sur les traversées illégales dans la Manche, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit « horrifié » par ce naufrage illustrant selon lui la nécessité de renforcer les mesures de lutte contre les groupes de « passeurs » de migrants.





Source link

More articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernierr articles