la mort d’une fillette fait craindre une nouvelle poussée de violences en zone anglophone

A Lire


Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Edmond Ntungwe, oncle paternel de Caroluise Enondiale, montre un photo de la fillette sur son téléphone portable.

Mike voyait chaque matin « la belle petite Caro partir à l’école ». Quand il a serré dans ses bras son cadavre, « elle n’avait presque plus de tête », dit-il en effleurant sa vieille casquette : « La balle tirée par le gendarme avait emporté une partie de ses cheveux, de son cerveau. »

Caroluise Enondiale avait 4 ans. Jeudi 14 octobre, elle a été tuée alors qu’elle se rendait à l’école en voiture à Buea, chef-lieu de la région du Sud-Ouest, au Cameroun. Le gendarme qui a tiré sur elle a été lynché à mort. Un drame qui fait craindre une nouvelle poussée de violences dans cette région anglophone plongée dans la guerre civile depuis 2017.

Toute la journée, le « petit corps incomplet » de la fillette a été porté par la foule à travers Buea. Du bureau du gouverneur aux principaux carrefours, des heures durant, la ville « a marché, pleuré, chanté de rage, crié de colère, appelé Dieu notre père », témoigne Mike, qui se présente comme un ami de la famille. « C’était comme la fin du monde. Je n’avais jamais vu ça. »

Lire aussi Au Cameroun anglophone, la guerre civile prend les humanitaires en étau

Dans la maison de famille, un oncle de Caroluise, Edmond Ntungwe, a les yeux rivés sur le téléphone où s’affiche la photo d’une fillette souriante en uniforme rose et blanc, cartable sur le dos et gourde accrochée au cou. « Hier matin [mercredi], Nunume disait encore au revoir dans cette cour, confie-t-il en pointant un espace ombragé. Elle partait avec ses sœurs et sa mère pour l’école catholique. »

« Ce n’est pas ma femme qui conduisait », précise le père de la petite, Nelsen Ndiale Enongene, réfugié au Maryland (Etats-Unis) après avoir quitté le Cameroun en août 2018, au plus fort de la guerre : « Elle n’a pas de voiture, n’en a jamais eu. Elle avait pris un chauffeur pour faire le trajet. »

« Des malfrats déguisés »

D’après un communiqué du ministère de la défense, le véhicule a été arrêté à un poste de filtrage de la gendarmerie nationale : « Refusant d’obtempérer, le conducteur a poursuivi sur sa lancée en accélérant pour s’échapper. » Il a été rattrapé par deux gendarmes, puis « le ton est inexplicablement monté ». Le conducteur se serait « fermement opposé à la fouille de son véhicule, au point d’engager une nouvelle manœuvre de fuite ».

Dans une réaction « inappropriée, inadaptée à la circonstance et manifestement disproportionnée », précise le texte, l’un des gendarmes a procédé à des tirs de sommation, au « mépris du sacro-saint principe de précaution ». Caroluise est morte sur le coup.

Il vous reste 56.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

More articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernierr articles