comment l’opposition veut mettre fin à la dynastie équato-guinéenne – Jeune Afrique

A Lire


Alors que le parti au pouvoir s’apprête à désigner Teodoro Obiang Nguema Mbasogo comme candidat à la présidentielle de 2023 (à moins que son fils Teodorin ne parvienne à inverser la tendance), les opposants exilés accentuent la pression diplomatique. Jeune Afrique dévoile les détails de leur stratégie.

En ce mois d’octobre, l’opposant Salomon Abeso Ndong et ses proches collaborateurs, dont Filiberto Ntuhuhu Mabale, s’activent à Paris pour convaincre leurs interlocuteurs diplomatiques de hausser le ton face au président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, en vue de la prochaine élection présidentielle prévue en 2023.

Le président de la Coalition d’opposition pour la restauration d’un État démocratique (Cored) a rencontré à deux reprises, dont une le 13 octobre, Christophe Bigot, le directeur Afrique du ministère français des Affaires étrangères. Il lui a réaffirmé que la Cored ne participerait pas au processus électoral si Obiang ou son fils, Teodoro Nguema Obiang Mangue (« Teodorin ») s’organisaient pour se maintenir à la présidence.

Retrait de la course



Source link

More articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernierr articles